23 juin 2019 Rencontre Chorales Douelle-Aveyron

C’est une belle journée qui s’annonçait ce dimanche 23 juin. Le soleil était au rendez-vous. Le bus aux départs de Rodez et Marcillac était complet ; 50 choristes de nos 5 chorales partaient allègrement pour Cahors puis Douelle pour une rencontre chorales programmée depuis déjà longtemps puisque la Chorale de Douelle avait été notre invitée l’an passé, mais dans des conditions climatiques totalement opposées. Je suppose que le trajet a passé très vite dans une super ambiance, certains sachant y faire. Je n’en dirai pas plus car je n’y étais pas, étant déjà sur place depuis 2 jours.

1 – A l’heure prévue, j’ai rejoint la joyeuse troupe sur les bords du Lot, à « l’ombre » du pont Valentré, haut lieu emblématique de la ville de Cahors, pour la visite guidée de la ville en petit train. Que l’on connaisse les lieux ou non, la promenade est toujours très intéressante et instructive (par ex : qui a inventé la règle grammaticale du participe passé ?). La     découverte de la vieille ville si chargée d’histoire est un régal, dommage qu’elle se fasse si rapidement. Petit brin de nostalgie pour notre chef et son épouse, originaires de Cahors tous deux, et ravis de passer devant leur ancien collège, de redécouvrir leurs souvenirs dans toutes ces ruelles qu’ils ont du arpenter dans leurs jeunes années. Les berges du Lot, le vieux moulin, le pont Louis Philippe et l »Octroi » (ancien poste de péage : hé oui, ça existe depuis longtemps les péages…) qui maintenant sert de halte aux pèlerins de St Jacques de Compostelle,  la tour des pendus, etc… Je n’ai pas tout retenu évidemment , mais pour les curieux qui n’ont pas le temps de chercher, il y aura une page pleine de liens  pour re-visiter Cahors. Le car ayant un peu de retard pour venir nous reprendre, c’est l’occasion ou jamais d’aller jusqu’au Pont Valentré vérifier la légende du petit diable figé dans la pierre. Mais voilà notre bus. En route pour la seconde partie de la journée.

PHOTOS

2 – Direction Douelle, à quelques 12 kms de Cahors pour un déjeuner sous les tonnelles de l’Auberge du Vieux Douelle. Nouveau moment fort sympathique, convivial et chaud malgré l’ombrage. Maintenant, passons aux choses sérieuses. Direction l’église pour la 3° partie et la principale.

PHOTOS

3 – Nous descendons les petites ruelles bordées de vieilles maisons de pierres, passons près des anciens lavoirs pour arriver sur la placette où se dresse  Notre Dame de l’Assomption. Une petite salle est mise à notre disposition de l’autre côté de la rue. C’est là que va se réfugier notre jeune soliste désespérée : elle est malade comme jamais, aphone et ne serait sans doute mieux que dans son lit. Mais elle a voulu venir malgré tout, espérant que cela irait mieux, ce qui n’est malheureusement pour elle, pas le cas. Sache Amélie que tous les choristes ont partagé ton désarroi. Jolie église aux magnifiques vitraux et garnie d’une suspension originale : je n’ai pas eu l’opportunité d’e demander la raison de ce voilier suspendu ; peut-être en emblème de Douelle, autrefois grand port commercial sur le Lot. Voilà la chorale de Douelle et son chef, Anne Stalmeier qui nous rejoignent pour la répétition du chant commun, eux ayant déjà travaillé ce matin pendant que nous nous promenions. Petit quiproquo, il y avait 5 pages de partitions et nous n’en avons eu que 4. Pas grave, nous allons nous adapter les uns aux autres. Anne teste une fois, deux fois, la troisième sera OK. Pendant que nos hôtes s’éparpillent, nous faisons une courte révision de notre programme. Afin d’épargner un peu notre malade, Wandrille va remplacer Amélie au pied levé, sans l’avoir jamais travaillé, sur Amazing grace. Le premier essai est hésitant mais nous savons que notre jeune ténor peut le faire sans problème. Il va s’y atteler durant toute la pause coaché par Amélie qui va lui prodiguer tous les conseils possibles. Elle-même se réserve pour l’Ave Maria qu’elle espère réussir à chanter.

Pause. Un brouhaha grandissant emplit l’église qui se trouve rapidement comble pour le plus grand plaisir de Jean-Luc B. président de la chorale de Douelle. Le chœur des hommes va ouvrir le concert suivi de toute la chorale pour une série de chants annoncés avec la verve habituelle de son présentateur et menée par leur excellent chef de chœur Anne S. Entre autres à leur répertoire un magnifique Ave Maria et un Lily voulait aller danser qui va bien chauffer l’auditoire enchanté et fier de sa chorale locale.

Après une courte interruption, le temps que les premiers choristes sortent et nous entriions. Notre chef n’est pas en reste quant à l’humour de ses présentations. Mais ce soir, il retrouve juste devant lui, avec une énorme émotion, son premier professeur de chant alors qu’il avait 20 ans, qu’il va d’ailleurs remercier chaleureusement de lui avoir donner le goût du chant. Mais le spectacle continue. Wandrille va très bien se sortir de son solo sur Amazing grace. Celui d’Amélie sur l’Ave Maria sera très applaudi malgré son filet de voix ; Les douelliens ne sauront jamais ce qu’ils ont raté.

Tous les choeurs vont se retrouver pour le chant final Marylène, repris  par le public ravi de son après midi et pas pressé de repartir. Le Président invite d’ailleurs tout le monde à se retrouver à la salle polyvalente, à quelques pas, pour des rafraîchissements bienvenus ainsi qu’un bonus « chant ».

PHOTOS                                        VIDEO

4 – La joyeuse troupe, chanteurs et auditeurs, se retrouve autour des tables extérieures avec une petite collation très bien garnie et surtout de quoi se réhydrater. Quelques uns d’entre nous se réfugient dans la grande salle, relativement fraîche par rapport à l’extérieur, où est dressée une lignée de tables pour le pique-nique du soir.

Tout le monde dehors pour le bonus chant : les sabots d’Hélène vont résonner entre les murs de pierres. Pour un petit plaisir supplémentaire du public encore présent , nous enchaînons avec le Se Canto traditionnel dans toute l’Occitanie, même si les versions diffèrent d’un lieu à l’autre.

Nous ne voyons pas le temps passer. Il faut aller se restaurer car le bus sera bientôt là pour le retour. Le buffet est plus que copieux et chacun se régale gaiement. C’est le moment des échanges. Les chorales aveyronnaises sont venues chargée de nos produits locaux, roquefort (zut ! il n’y a pas de pain mais sur la pizza c’est délicieux) et l’incontournable vin de Marcillac. Et voilà la petite guerre amicale déclenchée, Douelle nous offrant eux aussi le meilleur vin, celui de Cahors… Au milieu des plaisanteries, de quelques chants supplémentaires, un appel : le bus est prêt et nous attend. C’est le moment des au revoir et peut être à une autre fois…

PHOTOS 

Merci à tous les intervenants qui ont organisé cette rencontre qui restera dans notre album de souvenirs.

Je supposais que le voyage du retour serait calme entre fatigue, chaleur et digestion mais celui-ci a été bien animé parait-il, Wandrille étant dans la grande forme de son jeune âge. Quant à moi, j’ai repris la route de Cahors, retour en aveyron le lendemain matin. Ce fut une belle journée.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.