Archives de catégorie : Concerts’zoom

19 décembre 2021 – Noël à Pruines

Il fait beau, le soleil d’hiver chasse les gelées matinales. Quel plaisir de reprendre le chemin  des concerts !  Ces deux années « covid » ont été bien tristes et les manifestations prévues en cette fin d’année, à notre grande déception,  se sont vues annulées les unes après les autres.  Mais il en reste un, aboutissement de notre trimestre de travail, pour nous choristes mais aussi pour notre chef.

Allez ! c’est parti. Sacs chorale et caméra et mon toutou chargés, en route,  le temps de récupérer mes passagères à Sévérac, puis à  Laissac, comme « autrefois ». Direction Gages,  Lioujas, Sébazac…

Des hauts de Muret le Château, nous redescendons vers la vallée par une jolie petite route qui serpente dans les sous bois. Elle doit être bien agréable à la belle saison. Aujourd’hui, elle est un peu triste dans son déshabillé hivernal et il vaut mieux y être prudent par ces temps de gel, certains virages sont restés blancs de givre. Puis, les champs, à perte de vue aux flans des collines, égayés par-ci par-là des toits d’un petit hameau. Mouret et son château de la Servayrie  dont nous ne verrons que le panneau. Oups ! bifurcation à droite pour remonter un autre versant : Pruines 2 kms. Ça c’est de la ballade vélo pour mon gendre (trop facile ! me dirait-il car il a bien du la faire plus d’une fois).

Nous apercevons le clocher de Pruines, petit village au murs rosés, typique du vallon de Marcillac, blotti autour de son église sur la grande place du village. Il est encore tôt, notre petite avance va me permettre de prendre quelques photos pendant qu’il fait bon puis de m’installer. Mais non, des choristes sont déjà arrivés. Certains sont même là depuis une bonne heure… Méa culpa, faute de frappe dans mon mail de rendez-vous. Si la plupart a rectifié d’elle-même, ce n’est pas le cas de tous : deux acolytes viennent de passer une heure à blaguer au café de la place, en m’attendant de pied ferme ! Aïe ! désolée… et personne ne m’a fait remonter l’erreur. Tout le monde est présent à l’arrivée de notre chef. Juste le  temps de monter à la tribune installer la caméra avant de commencer la répèt.

Pas de stress, rien que du bonheur de se retrouver là, tous ensembles pour chanter devant un public. C’est un tout petit village, aurons-nous une belle audience ? Nous chantons avec le masque. Qu’importe, rien ne ternira notre plaisir. Le moment de la pause est vite là et les spectateurs commencent à se presser déjà à la porte de l’église et se plient de bonnes grâces aux gestes barrières en vigueur. J’en profite pour une petite sortie au soleil avec mon toutou. Nous nous sommes dégourdis la voix, il faut bien qu’il se dégourdisse un peu les pattes….

16h55. Tous les choristes sont prêts, et la petite église est pleine.

La présidente des « amis de Pruines » ouvre la soirée par un petit discours de bienvenue et laisse place à la magie de Noël.

Notre programme est riche et varié. Nous y avons travaillé de tout notre cœur et Gilles, comme à son habitude, a donné tout ce qu’il pouvait pour nous mener ici ce soir. De chants traditionnels en chants étrangers ou régionaux, le public s’est laissé porter par une riche et douce ambiance de Noël, ponctuée d’applaudissements des plus appréciateurs. Pour parfaire cette belle osmose, les voix des auditeurs se sont jointes à celles des choristes en fin de concert sur l’air de la Cambo me fai mau, dont les paroles figuraient sur le programme. Au rappel enthousiaste, le petit Papa Noël  a survolé la nef avant que ne se lève le Vent d’Hiver repris en chœur par tous.

Quelle belle journée ! il y a si longtemps que nous n’en avions goûté une semblable ! Nous y avons tous, choristes et chef, mis tout notre amour du chant et de la musique. Rien n’est parfait, mais nous savons que nous avons fait un très bon concert et cela nous a rempli de bonheur, pour nous, pour Gilles et pour notre auditoire.

Il fait nuit, le ciel scintille d’étoiles, les esprits sont plein d’allégresse, mais il faut prendre le chemin du retour. Noël est bientôt là, annonce de beaux moments de douceurs, tendresse et amour auprès de ceux que nous chérissons.

Un grand merci aux « Amis de Pruines » pour avoir maintenu coûte que coûte ce concert,  malgré la pandémie. Ce fut en lui-même un beau cadeau de Noël pour nous.

 

Photos   https://drive.google.com/drive/folders/1UvxK5xU1BlEPvrTlNgD0lJCqGtshlee8?usp=sharing

Vidéo  https://drive.google.com/file/d/1ttrOX-TkmcLN6oO5qktqO1nCnyZfsCx2/view?usp=sharing

26 janvier 2020 – LASSOUTS Concert de Noël

Ce dimanche, dernier concert de Noël de la saison.

Demandeur : Municipalité de Lassouts
à                    : L’ensemble polyphonique d’Espalion
Objet            : Concert de Noël
Date             : 26 janvier 2020 – 15h
Lieu              : Eglise St Jacques de Lassouts

Pour une fois, je vais prendre au plus court (en kms) et par les petites routes de campagne au plus grand plaisir de ma passagère. J’abandonne tout de suite la 88 et sa circulation pour la D64 qui devrait me mener à destination. C’est l’heure du déjeuner (12h30-13h). Nous avons du croiser en tout 4 ou 5 voitures et un joli petit chat qui se promenait en bord de chemin. La petite route qui serpente à travers champs et vallons à la poursuite du petit ruisseau « le Tantayrou » est bien agréable; Ce sera magnifique au printemps. Tantayrou…La petite onde claire s’enfuit vers d’autres lieux. Buzareingues, Vimenet… les petits hameaux et villages surgissent aux détours de notre chemin. Stop ! un léger retour en arrière pour une photo du joli pont arboré et du château de Galinières qui vient se dresser devant nos yeux. Et nous reprenons notre voyage bucolique par la D6 pour arriver à « Las Sots ».

Direction le vieux village, aux maisons couleur du rougier, blotties les unes contre les autres autour de leur église romane, en haut d’une butte. Sous le ciel gris et pluvieux, première impression d’austérité devant l’entrée de pierres mouillées, glissantes, pentues et l’envolée de marches de cet édifice massif; pas facile d’accès pour tout le monde. Quelques choristes sont là. Nous poussons la porte. L’accueil de St Jacques est réfrigérant : il fait noir et glacial, pas d’éclairage, pas de chauffage. Ca promet ! Là, des interrupteurs pour un peu de lumière.

Bon nombre de chanteurs sont là, Gilles s’installe, débarrasse quelques bancs. Chacun remonte le col de son manteau et commence à piétiner pour se réchauffer ; le thermomètre doit afficher entre 6 et 8° dehors mais il y fait presque meilleur… Le chœur n’est pas grand, nous allons être serrés. La répétition est commencée lorsqu’une âme charitable vient allumer le chauffage. Quelques auditeurs sont déjà là, c’est la pause. Quelques photos à l’extérieur histoire de prendre l’air. L’église est loin d’être pleine. Il doit y avoir autant de choristes que de spectateurs. Cela n’enlève rien à notre plaisir de chanter. Média Vita, le concert de Mozart pour présenter les pupitres, Douce nuit., Noël tzigane… nos solistes sont à l’honneur : Wandrille, Didier, Amélie. Un peu de stress, surtout pour Gilles : ce soir nous tentons « Light in the hallway » : pas mal du tout pour une première ! Notre chef est heureux du résultat et nous adresse un petit bravo discret qui nous remplit de plaisir. Les chants de Noël se succèdent. Le public apprécie et réclame rapidement un petit supplément. « Vive le  vent », repris en choeur, ne chassera malheureusement pas le mauvais temps. Il pleut toujours.

Voilà encore un bon concert qui réjouit tous les choristes présents.

Direction la salle de la mairie où la municipalité nous offre fouace et boissons. Le temps de ranger mes appareils photos/vidéo et le « post-concert » est déjà bien entamé. Notre chef et quelques autres sont toujours affairés à remettre l’église en ordre et recharger son matériel. Leur restera t-il un petit morceau de gâteau à leur arrivée ? Moment de détente et de chaleur avant le retour.

Deux photos de plus, une petite ballade à Bonic qui se morfond dans la voiture et nous reprenons la route. Erreur d’aiguillage du GPS : nous reviendrons par Gabriac et Laissac.

Fin des concerts de Noël. Nous reprendrons la clé des chants au printemps, le temps de travailler de nouveaux airs pour le répertoire estival.

PHOTOS                          VIDEO

5 janvier 2020 St Chély d’Aubrac EHPAD Abbé Pierre Romieu

Qui m’a dit hier que la météo avait changé et qu’il ne devait pas pleuvoir aujourd’hui ? Depuis ce matin il pleut. Pas de grosses averses mais une petite pluie fine et dense qui vous transperce en un rien de temps. En ce début d’après midi, tout à coup, le ciel s’est obscurci un peu plus. Je pars prendre ma passagère sous des trombes d’eau et un peu de grêle : ça promet ! Espalion et la vallée cachés dans des écharpes de brouillard. Qu’allons nous trouver en montant sur l’Aubrac ? St Côme d’Olt, direction St Chély d’Aubrac et voilà les premiers flocons de neige qui s’écrasent sur le pare-brise : je l’aurais parié ! Ce ne sera qu’un épisode passager. St Chély n’est que sous la pluie.

Nous venons si régulièrement à l’ EHPAD Abbé Pierre Romieu de St Chély que je ne reprends pas de photos et d’ailleurs, je n’ai que le temps de poser mes affaires et la caméra ; Notre chef est déjà là lui aussi et s’installe. Tandis que les résidents prennent place, les choristes bavardent ici et là. Dans la salle à manger, Gilles commence l’échauffement. Alertés par les vocalises, tout le monde se regroupe rapidement. Quelques  petites observations et conseils sur chaque chant et c’est parti.

Le grand couloir qui nous mène à la salle est toujours aussi agréable. Les photos des résidents lors de leurs activités ou sorties nous sourient au passage. Les poissons nagent, indifférents, dans leur grand aquarium. Mr Chat dort tranquillement sur une chaise, une caresse par ci, une caresse par là, sans se soucier de la grande volière qui trône à l’entrée où pépient et volètent canaris, bengalis et autres oiseaux.

La salle est pleine. L’association des anciens de St Chély s’est jointe à l’ehpad pour offrir ce concert à ses adhérents. L’espace choral est restreint, d’autant que nous sommes plus nombreux que d’habitude, les renforts ayant répondu présents : nous n’aurons pas froid…

Quelques mots de la présidente du club du 3° âge puis de Gisèle l’animatrice et Gilles se voit remettre le micro, dont il ne voulait pas, mais nécessaire ici. S’étant fait apostrophé à son arrivée par un « tiens, le rigolo est là », il décide donc de garder sa présentation du concert de Mozart en y rajoutant encore un peu plus d’humour, au grand plaisir des spectateurs. Beaucoup de personnes vont fredonner avec nous lors des différents chants. Les solistes, Dominique, Didier et Amélie vont être chaudement applaudis. Il faut dire que des deux derniers sont du pays et bien connus de tous ici. Amélie aura d’ailleurs un fervent admirateur qui clamera des « bravo Amélie » à chaque solo. On entend quelques remarques : « qu’est ce qu’elle chante bien !  » « quel beau concert « .  Petit Papa Noël est passé, Le vent a soufflé encore une fois ; le concert est fini. Gisèle  ré-invite chacun à rester sur place pour le goûter offert par le 3° âge et la maison de retraite.

Un petit train de chariots arrive, rempli de boissons, café, tisane, de chocolats, de fouaces et gâteaux « maison », de pâtes de fruits faîtes cet été par les résidents, de clémentines, de quoi régaler tout le monde.

Nous allons avoir droit à un solo impromptu d’Amélie réclamé par une résidente. Je traîne un peu, mais il est presque 17h. En retournant récupérer mon matériel je croise Mr David Morin, Directeur, qui picore sur les chariots qui repartent : « un directeur se doit de goûter tout ce qui est servi aux résidents ! » sourires.

Les jours rallongent tout doucement, il fait encore clair malgré le ciel gris et mouillé. Allez, un mini tour de village à Bonic pour qu’il se dégourdisse un peu les pattes et retour à la maison. Il fera nuit à notre arrivée.

Merci au personnel de l’Ehpad et en particulier à Gisèle pour leur accueil toujours chaleureux.

Merci au Club du 3° âge et à l’Ehpad pour le copieux et excellent goûter.

Merci à tous, spectateurs et chanteurs de votre participation et pour cette belle après-midi.

quelques PHOTOS                        VIDEO

5 janvier 2020 Chapelle des Franciscaines Rodez

 Les vacances se terminent. Ce n’est pas encore la rentrée mais un concert nous attend déjà. Mélodica nous a donné rendez-vous pour son traditionnel concert de nouvel an, à la chapelle des Franciscaines à Rodez.

Allez, aujourd’hui je laisse Bonic à la maison, il n’y sera pas plus mal qu’enfermé 6h dans le coffre de la voiture. Et comme je me laisse attendrir, je lui offre un accès au jardin. C’est sereinement que je passe prendre ma passagère, direction « la Capitale ».

Après 15 jours de vacances festives, une bonne répétition s’impose, surtout pour rassurer un peu notre chef qui doit se demander ce que nous lui réservons… Arrivées largement en avance, nous prenons le temps des bonjours et des voeux de nouvel an. Bon nombre de choristes sont présents et c’est un joli choeur d’une soixantaine de chanteurs qui s’installe. Les soeurs franciscaines ont fermé les portes de la chapelle. Elles ne les ouvriront qu’à 14h45, mais dès 14h30 elles signalent à notre chef qu’il y a déjà une file qui s’impatiente à l’entrée. Nous activons un peu la fin de nos révisions.

Dès l’ouverture, les places se raréfient rapidement. Comme chaque année, la chapelle fait le plein et va devoir  refuser les derniers arrivants. Encore quelques places sur les côtés… Les choristes se rassemblent tant bien que mal dans l’entrée. Le premier choeur fait son entrée, la procession allume ses bougies. Véronique, Présidente de Mélodica remercie le public d’être venu si nombreux et présente rapidement les chorales. Un dernier petit détail à la demande du chef : « que la lumière soit… » C’est beaucoup mieux ainsi (même pour la caméra).

Média Vita, douce nuit, Noël tzigane, Ave Maria…autant de mélodies qui résonnent sous la belle voûte de la chapelle. Il y a des choristes dans l’assistance, j’en vois plusieurs chanter en sourdine avec nous et approuver chaque chant. Les yeux sont rivés sur les solistes, et captivés à l’écoute d’Amélie. Dommage que notre chef n’ait pas des yeux derrière la tête pour voir aussi le public ; il faudrait que je remette une caméra de l’autre côté, comme je l’avais fait une ou deux fois. Le temps passe vite quand on chante. Nous voilà déjà à la fin du concert. Notre chef a son assistante aujourd’hui et Vanessa est ravie de prendre sa place et d’accueillir les applaudissements du public. Bien évidemment les auditeurs ne bougent pas et attendent un dernier chant.  Le chef n’a pas mis son bonnet de rires aujourd’hui alors que « le vent souffle dans les grands sapins…. » mais il a le sourire et a l’air très satisfait de ses choristes.

Nous nous retrouvons dans une salle voisine, mise gentiment à notre disposition par les sœurs franciscaines. Là, nous attend un buffet plus que garni préparé par Mélodica. Cette fois je suis là pour écouter ce que Gilles veut nous dire : « Encore un t très bon concert dans la lignée des précédents. Il nous faut persévérer et continuer à travailler les détails, les nuances… Et dès ce soir il nous envoie un nouveau chant ».  Voilà qui fait plaisir à tout le monde. Une fois ce petit discours terminé, Véronique (Présidente) en profite pour lui offrir un petit cadeau de Noël : une bien jolie boîte qui ne se laissera pas découvrir si facilement. Et zut ! je voulait filmer, mais je ne me souvenais plus comment marchait la vidéo sur cet appareil. Donc, voilà Chef ! je n’ai pas filmé, il n’y a que des photos ; mais la prochaine fois, cela marchera… En attendant, nous allons nous régaler des bons petits plats exposés et prolonger cette après midi d’amitié et gaieté, tant et si bien qu’on ne voit pas le temps passer.

Il est grand temps de partir. Que vais-je trouver comme bêtises à la maison ? Tiens, bizarre… pas de chien qui accourt à mon arrivée…Cela sent la fugue, mais depuis combien de temps ? Je laisse le portail ouvert au cas où… et prise de remords je pars, en voiture, faire le tour de nos ballades habituelles, mais il a pu faire des kilomètres…  Un coup d’oeil en passant à la maison de mes parents : et là, couché sagement sur le perron à surveiller la route, mon Bonic ! tout frétillant prudemment car il sait bien qu’il a fait une sottise ce filou ! Tant pis, la prochaine fois, ce sera enfermé à la maison.

—  Merci aux soeurs franciscaines de nous permettre de chanter dans cette belle chapelle et pour leur gentillesse coutumière.

— Merci à Mélodica pour ce délicieux post-concert toujours si bien garni et pour ces bons moments passés tous ensembles.

PHOTOS                    VIDEO

 

 

22 Décembre 2019 – Noël à MARCILLAC

Après une courte nuit et une matinée  accélérée,  nous repartons, toujours sous la pluie, vers les belles terres du Rougier, direction Marcillac-Vallon et l’église St Martial que nous connaissons bien maintenant. Le peu d’avance prévue et déjà bien entamé au départ, nous nous traînons derrière camions ou vacanciers impossibles à doubler jusqu’à Rodez, pour arriver, une fois n’est pas coutume, légèrement en retard ; la répétition commence déjà : je peste !!! Ce n’est pas grave en soi, mais je n’aime pas ça ! J’installe discrètement la caméra, et prends quelques rapides  photos du choeur, avant de rejoindre le groupe.

Dernière répétition, dernier concert de l’année, fin 2019 en chansons. Le calendrier n’est pas extensible, nous prolongerons Noël jusque fin janvier 2020 afin d’honorer chaque demande de prestation.

St Martial veille sur la jolie petite crêche à l’entrée de la nef et nous invite à la paix. La répétition se déroule sereinement. Les esprits sont déjà dans les réjouissances à venir et c’est gaiement que tout le monde s’éparpille durant la pause.Le public s’installe peu à peu jusqu’à occuper presque tous les bancs ; famille, amis, voisins, mélomanes ont répondu présent pour ce concert de Noël.

Raymonde, Présidente de la Chorale du Vallon débutera cette soirée  par quelques mots de bienvenue et remerciements. L’église s’est faite silence, un coup d’oeil du chef à Wandrille pour entamer son solo et le premier chant. Le public marcillacois, toujours chaleureux, salue chaque interprétation d’un élan commun.et les solistes sont chaudement applaudis ainsi que notre « tambourinaire » que tous connaissent ici puisqu’il est de Marcillac.

Le concert touche à sa fin, le petit Papa Noël est passé… Mais il y a un bis. Quelques secondes d’attente… notre chef farfouille dans un sac, dos au public. Dans le choeur, (certains devinent la suite), des fous rires fusent qui vont grandissant lorsque Gilles se coiffe de son bonnet de Père-Noël sous les bravos des spectateurs. Mais si ce n’était que cela…. c’est que ce bonnet est animé d’une  énergie débordante… Le vent d’ hiver  a bien du mal à souffler dans l’hilarité collective.

Voilà une superbe soirée et un très bon concert. Nous terminons l’année sur des notes très positives qui réjouissent choristes et chef. Et malgré cela, il pleut toujours !

Direction la cantine du collège où nous attend la collation post concert ; collation, le mot doit être un peu faible car comme à chaque réception des uns ou des autres et aujourd’hui pour la Chorale du Vallon, le buffet sera plus que garni… J’ai perdu ma passagère, partie devant sans doute pendant que je rangeais mon matériel.  J’arrive bonne dernière mais je prend le temps d’une friandise et d’une courte ballade à mon toutou. Un SMS d’Agnès qui s’inquiète que je ne sois pas là… Et zut ! j’ai raté le petit compte rendu de Gilles, tant pis. Wandrille, tout jeune et foufou qu’il est, m’a préparé une assiette avec sa gentillesse habituelle : Merci Wandrille. L’après-midi va se poursuivre gaiement jusqu’à plus de 20 h jusqu’à ce que nous trouvions notre chef dans un autre registre, balai en mains pour nettoyer la salle. Il est grand temps de prendre la route du retour.

— Merci à la Chorale du Vallon pour leur accueil toujours chaleureux et leur réception post concert toujours aussi conviviale et « nourrissante » ainsi qu’aux responsables du Collège qui nous ouvrent régulièrement leurs locaux.

— Merci à tous les choristes venus honorer ces deux derniers concerts, à la veille de Noël.

— Un gros MERCI à notre chef pour son investissement permanent  auprès de nous tous, quels que soient les jours ou les circonstances, pour son travail, pour sa patience que nous mettons parfois à rude épreuve, pour son amour de la musique qu’il sait si bien partager.

PHOTOS                       VIDEO

Ce concert a un peu tardé à paraître : mon planning qui devait être léger s’est trouvé surchargé entre autres de petits enfants, avec en plus un gentil minou qui se fait un plaisir de venir s’installer devant l’écran ou sur le clavier du pc avec les bêtises qui en découlent… Mais voilà, je suis à jour, parée pour notre concert de demain.