20 juin 2017 – Nauviale

 

Chaleur écrasante pour notre sortie jusqu’à Nauviale (12) . Partis avec un peu d’avance pour cause de déviations la veille au soir sur notre parcours, nous avons la surprise de constater qu’elles ont déjà disparues bien que les panneaux soient toujours en place. Petite lubie : je décide, sous la direction avisée de ma compagne de route qui connaît la région comme sa poche, de quitter la nationale pour rejoindre Marcillac via Bezonnes. Un peu de temps devant nous, une belle journée d’été, c’est l’occasion ou jamais d’emprunter la petite route campagnarde et de profiter de nos magnifiques paysages et de la sérénité qu’ils inspirent. Certaines prairies roussissent déjà sous la canicule de ces jours derniers, les fenaisons ont déjà été faites et les champs sont parsemés de rouleaux de foin ; de bonnes réserves de fourrage bien sec pour l’hiver prochain. L’ombre des sous bois ou bosquets épars est la bienvenue et nous amène déjà sur Marcillac, direction Nauviale : 20 mn d’avance et seulement quelques choristes qui viennent eux aussi d’arriver.

La salle des fêtes, toutes portes et fenêtres closes essaie de conserver en vain un peu de fraîcheur. Les tables pour le goûter sont joliment dressées, agrémentées de petits bouquets champêtres, les chaises agréablement alignées en épis. Les bénévoles de l’association qui nous reçoit, s’affairent aux derniers préparatifs.

Ah ! voilà notre chef. Le temps de décharger et d’installer son matériel et nous voilà déjà en répétition. Il va falloir ouvrir un peu et mettre en courant d’air car la température a encore monté de quelques degrés ! Les premiers spectateurs s’installent déjà autour des tables.

Nous profitons de notre petite pause pour essayer de nous rafraîchir. Vue la chaleur ambiante, nous renonçons à porter nos écharpes différentielles : nous ne serons qu’un seul et même choeur (ce que nous sommes de toutes façons lorsque nous nous retrouvons tous ensemble). Gilles par contre a tenu à garder veste et cravate ! (Je pense qu’il voulait allier travail et loisir et s’offrir une séance de sauna…)

Trève de plaisanterie. Nous sommes donc accueillis par le club de Genêts d’Or de Nauviale et par sa représentante, le  président étant malheureusement hospitalisé. Gilles patiente quelques instants, le temps que les bavardages cessent : Que de choses à se raconter dans un club 3° âge pour des gens qui se voient très régulièrement !!!

Nous pouvons commencer notre répertoire. La température ambiante pèse autant sur les quelques 60 auditeurs que sur la chorale. Nos voyages musicaux à travers le monde et les styles ne nous rafraîchissent guère ; il fait aussi chaud en Amérique, qu’en Afrique que vers les plaines de Sibérie. Nous clôturons cette après-midi par des chants locaux dont évidemment celui du vallon de Marcillac « lo saumancés » et le « Se canto ».

C’est avec grand plaisir que chacun va ensuite se tourner vers le rafraîchissant goûter servi par les bénévoles des Genêts d’or : une agréable salade de fruits de saison agrémentée de fouace, de rosé et d’eau bien fraîche. Mais par cette chaleur, tout compte fait, rien ne vaut un bon café chaud pour couper la soif !

L’heure du retour a sonné pour nous. Dehors la chaleur est étouffante, la clim de la voiture sera la bienvenue d’ici quelques instants même réglée à son maximum.

Merci à l’association des Genêts d’or et ses adhérents pour leur invitation et le bien agréable petit en-cas. La chorale du Vallon répondra volontiers à  toute demande de prestation future.

Quelques PHOTOS

La logistique ayant bien fait son boulot, voici la VIDEO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.